Algues bleu-vert et marée rouge / Baignade

 

algues-bleu-vert

 

 

Depuis une décennie, la contamination par les algues bleu-vert des plans d’eau du  Québec a connu une progression fulgurante : à la fin octobre 2007, 180 plans d’eau étaient
touchés, contre 107 en 2006, 50 en 2005 et 43 en 2004. En 2008, parmi les 138 plans d’eau  affectés, 60 l’étaient pour la première fois ce qui laisse présager que le problème s’étend. En 2009,  119 plans d’eau ont été la cible de fleur d’algues bleu-vert, dont 34 % pour la première fois. Par  contre, à compter de 2008, il ne faut pas se laisser berner par le nombre total de plans d’eau touchés qui semblent légèrement à la baisse. Comme nous le verrons plus loin, en 2008, le  Ministère du développement durable et des parcs (MDDEP) a modifié sa façon de considérer un  plan d’eau affecté par les algues bleu-vert. La nouvelle méthode jette de la poudre aux yeux afin  de minimiser l’impact de la prolifération des algues bleu-vert.

Mais tout d’abord, que sont les algues bleu-vert?

Ces dernières, aussi appelées cyanobactéries, sont classées parmi le groupe des bactéries mais possèdent une caractéristique commune aux algues. En effet, leurs cellules renferment des
pigments leur permettant de faire la photosynthèse et ainsi produire de l’oxygène.  Colonisant plusieurs écosystèmes, les cyanobactéries ne représentent pas une nuisance pour les
humains et l’environnement lorsqu’elles sont présentes en faible concentration. Elles  appartiennent au premier maillon de la chaîne alimentaire des écosystèmes aquatiques. Les cyanobactéries sont microscopiques. C’est pourquoi en faible quantité, il est impossible de les  voir. Par contre, lorsque les conditions favorisant leur apparition sont réunies, elles se multiplient  jusqu’à être visibles facilement à l’œil nu. On parle alors de fleur d’eau d’algues bleu-vert (en anglais : bloom). Il est à souligner que les fleurs d’eau d’algues bleu-vert peuvent être présentes  même si elles ne sont pas visibles. En effet, certaines fleurs d’eau peuvent se retrouver en  suspension à différentes profondeurs dans l’eau, passant inaperçues aux regards.
Autre caractéristique importante, 30 à 50 % des algues bleu-vert (blooms) contiennent des toxines. Ces dernières ont un potentiel irritant ainsi que toxique. L’ingestion d’eau contaminée par  des toxines peut engendrer des maux de ventre, des vomissements, des maux de tête, de la fièvre  ou de la diarrhée. Quant au contact direct avec ces algues (lors de la baignade ou autres activités  aquatiques), des maux de gorge ainsi qu’une irritation de la peau et des yeux peuvent survenir.
Pour que les autorités puissent confirmer la présence d’algues bleu-vert toxiques, des prélèvements doivent d’abord être analysés. Les toxines peuvent être présentes dans l’eau
jusqu’à trois semaines après la disparition des algues bleu-vert. De là, l’importance  d’attendre que les autorités responsables de la santé déclare que l’eau est sûre avant d’en
boire ou d’y nager. En plus de leurs impacts sur la santé, les fleurs d’eau d’algues bleu-vert nuisent à l’équilibre  écologique des milieux aquatiques et minent leur apparence. Elles amènent donc aussi des impacts  négatifs sur les activités récréo-touristiques et socioéconomiques des régions touchées. Les conditions propices à l’apparition de fleurs d’eau sont les suivantes : une quantité suffisante  d’éléments nutritifs (surtout le phosphore) et le réchauffement de l’eau. La présence de fleurs  d’eau d’algues bleu-vert survient souvent, mais pas toujours, dans des eaux peu profondes et  stagnantes qui sont plus sujettes au réchauffement de l’eau. De plus, des précipitations abondantes  et fréquentes augmentent le transport des éléments nutritifs vers les plans d’eau et accentuent  l’incidence de prolifération de ces algues.

Au Québec, les deux principales causes de la fertilisation excessive de l’eau et, par  conséquent, de la prolifération des algues bleu-vert sont l’agriculture et la présence de  résidence en bordure des plans d’eau (engrais épandus, fosse septique inefficace, emploi de détergents avec phosphates, etc.)

[toggle type= »white » title= »Positions et publications d’Eau Secours! » active= » »]

Mémoire présenté dans le cadre des consultations sur la situation des lacs en regard des cyanobactéries-Juin 2010

Plans d’eau touchés par les algues bleu-vert en 2012 – Liste d’Eau Secours!

Plans d’eau touchés par les algues bleu-vert en 2010 – Liste d’Eau Secours!

Plans d’eau touchés par les algues bleu-vert en 2009 – Liste d’Eau Secours!

Algues bleu-vert: Bilan 2008 d’Eau Secours!

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Communiqués de Presse » active= » »]

Communiqué: Au gouvernement, on nage en eaux troubles!-19 juillet 2012

Communiqué: Les algues bleu-vert résistent au froid de novembre. Le gouvernement du Québec devrait s’inquiéter et revoir son plan d’action-05 décembre 2008

Communiqué: Un premier cas de lac touché par les algues bleu-vert. La ministre de l’Environnement préfère tenir les citoyennes et les citoyens dans l’ignorance-04 juin 2008

Communiqué: Algues bleu-vert: Bilan de fin d’année catastrophique et mesures gouvernementales insuffisantes-07 décembre 2007

Communiqué: Plan d’intervention du gouvernement du Québec sur les algues bleu-vert: Un plan oui! Mais qui ressemble à une histoire de pêche!-26 septembre 2007

Communiqué: Rendez-vous sur les algues bleu-vert. Les exclus font connaître leur plan d’action respectif-21 septembre 2007

Communiqué: Sommet sur les algues bleu-vert: Eau Secours! dénonce le profond manque de respect du gouvernement du Québec envers la population-13 septembre 2007

Communiqué: Algues bleues: Le plan d’inaction du gouvernement Charest. Plan timide centré sur l’information et la sensibilisation-04 juin 2007

Communiqué: Le Québec ne semble pas prêt à faire face aux fleurs d’eau de cyanobactéries! Le ministre Béchard se cache-t-il?-8 octobre 2006

Communiqué: Les lacs se meurent au Québec. Les cyanobactéries empoisonnent la vie des riverains. Une fin d’été marquée par un bilan d’eau catastrophique-28 septembre 2006

Communiqué: Algues didymo, algues bleues, moules zébrées! Les algues et espèces envahissantes prolifèrent dans nos lacs et cours d’eau. Tout le monde en parle… sauf  la classe -politique-9 novembre 2006 –

Communiqué: Eau de baignade. Piscines extérieures, intérieures et plages. L’enfant pauvre de l’hygiène publique-22 août 2006

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Brochures et documents » active= » »]

Que faire s’il y a des cyanobactéries visibles dans un cours d’eau?

Dépliant: Agir pour lutter contre les algues bleu-vert

Pour contrer la propagation des espèces envahissantes, nettoyage de kayak après utilisation. Par le comité de recherche et de sensibilisation d’Eau Secours!

La pollution de l’eau en général. Par le comité de recherche et de sensibilisation d’Eau Secours!

L’algue didymo, une nouvelle invasion? Par le comité de recherche et de sensibilisation d’Eau Secours!

Brochure: Agir pour lutter contre les algues bleu-vert

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Liens et articles » active= »active »]

Lettre au ministre Arcand sur le système d’identification des plans d’eau touchés par les algues bleu-vert-6 juillet 2011

Clip d’un membre d’Eau Secours!, Paul Isabelle, dit le Pirate Vert, sur la gestion durable des bassins versants dans la MRC-de-la-Jacques-Cartier

[/toggle]