International / Fleuve Saint-Laurent

world map spashes

 

[toggle type= »white » title= »Présentation du dossier » active= » »] Informations à venir [/toggle]

 

Sur la Terre, l’eau est la ressource naturelle la plus abondante. Elle recouvre plus des deux tiers de sa surface. Mais 98% de son volume sont salés. L’eau douce constitue ainsi seulement 2% de l’eau totale, dont à peine 0,25% est mobilisable pour les usages humains (le reste étant prisonnier des calottes glaciaires ou  stocké dans des réserves souterraines profondes). Si un grand chaudron représentait l’eau de mer de la planète, l’eau gelée des pôles tiendrait dans une tasse et toute l’eau potable disponible dans moins d’une cuillère à thé.

Cette quantité d’eau douce disponible représente environ 6900 m³ par personne et par an, un volume suffisant pour satisfaire les besoins humains. Cette moyenne est toutefois trompeuse puisque l’eau de la Terre est inégalement répartie. Ainsi, certains pays et territoires disposent de quantités considérables par habitant et par an, comme le Canada (83 00 m³) alors que d’autres disposent de quantités limitées comme Singapour (149m³), la bande de Gaza (53m³) ou encore le Koweït (10m³). L’Asie rassemble 61% de la population mondiale mais dispose seulement de 36% des ressources hydrauliques utilisables; à l’inverse, l’Amérique du Sud, où vivent 6% de la population mondiale possède 26% des ressources en eau.

Les enjeux que présente la ressource en eau ne sont pas les mêmes qu’il y a cinquante ans. Il convient désormais d’envisager sérieusement l’hypothèse d’une pénurie d’eau dans les décennies à venir, et ce, pour plusieurs raisons :

  • Le rythme de la croissance démographique mondiale s’est accéléré et la demande pour des aliments et des biens de consommations a augmenté d’autant plus rapidement que la diffusion du mode de consommation occidental induit une plus grande intensité de la consommation en eau (urbanisation, industrialisation, agriculture intensive et mécanisée). Ainsi, alors que la population mondiale a été multipliée par trois au cours du XXème siècle, les prélèvements et consommations d’eau ont été multipliés par sept et la surface des terres irriguées par six. Face à l’augmentation de la demande, l’investissement dans les infrastructures devrait être une priorité absolue afin de rationaliser la consommation. Pourtant, la situation actuelle est que, dans la plupart des régions du monde, le gaspillage est la règle plus que l’exception.Ainsi, près de 70% de l’eau douce seraient utilisés pour l’irrigation, mais une grande partie de cette eau n’atteint jamais les champs à cause de fuites ou d’évaporation. Les ressources d’eau en Afrique sont sous-utilisées. Seulement 3% de l’eau renouvelable sont prélevés chaque année pour des usages domestiques, agricoles et industriels; 6% des terres cultivées sont irriguées et moins de 5% de son potentiel hydroélectrique sont utilisés.  A titre d’exemple, le volume d’eau perdue dans la capitale du Kenya, Nairobi, à cause des fuites et des raccordements sauvages, pourrait répondre à tous les besoins de Mombasa, la deuxième ville du pays. De plus, l’augmentation de la demande d’eau associée à sa mauvaise gestion font que certaines réserves d’eau douce sont en train de disparaître : comme le fleuve Colorado aux Etats-Unis qui n’arrive plus à la mer pendant la saison sèche.
  • La contamination des eaux disponibles : l’homme est un loup pour l’eau ! Il rend impropre à la consommation les ressources en eau dont l’humanité dispose. Selon les évaluations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans les Pays en Voie de Développement (PVD), 90% des eaux résiduaires et 70% des déchets industriels sont rejetés sans traitement dans les eaux de surface, où ils contaminent les réserves d’eau. Selon L’UNESCO, chaque jour, deux millions de tonnes de déchets sont déversés dans les cours d’eau.
  • Enfin, la perspective d’importants changements climatiques réduit encore la quantité d’eau mobilisable pour les besoins humains. Le réchauffement climatique pourrait produire une nouvelle répartition des pluies à la surface de la Terre qui  accentuerait encore les inégalités existantes : les régions équatoriales recevraient plus d’eau au détriment des zones subtropicales et méditerranéennes où elle manque déjà. Finalement, les pays les plus fragiles en ressources en eau le deviendraient encore davantage : selon les hypothèses, on peut craindre à moyen  terme une extension de l’aridité à certaines zones actuellement fortement peuplées, comme l’Europe occidentale et un risque de pluies diluviennes sur les pays d’Asie du Sud Est en raison de la plus grande évaporation des océans.

Aujourd’hui, un milliard sept cents millions de personnes manquent d’eau douce et disposent de moins de 1000m³ par personne et par an, considéré comme le seuil de rareté réel par les Nations Unies (1000 m³ par an et par habitant soit 2740 litres par personne chaque année). On estime qu’il y aura 2,4 milliards de personnes sous de ce seuil de rareté en 2025. Les projections sont donc alarmantes : avec une population qui pourrait atteindre les 9,3 milliards en 2050, la pénurie d’eau pourrait concerner, selon les hypothèses, entre 2 et 7 milliards d’êtres humains. Inégaux face aux ressources disponibles d’eau, les hommes le sont également face aux services de l’eau : 2,8 milliards d’individus ne disposent à l’heure actuelle d’aucun réseau d’assainissement.

 

 

 

[toggle type= »white » title= »Position d’Eau Secours! » active= » »]

Présentation d’Eau Secours! devant la Commission Mixte Internationale: Débit de l’eau du Fleuve Saint-Laurent -17 juin 2008

claration amendée par le comité de coordination d’Eau Secours! le 12 mars 2006

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Communiqués de Presse » active= » »]

Communiqué: 5000$ pour l’eau afin d’aider à sauver des vies en Bolivie-07 janvier 2010

Communiqué: Soirée Eau citoyenne. Bolivie-Eau-Québec-22 octobre 2008

Communiqué: Journée mondiale de l’eau: Eau Secours! en Bolivie et à Montréal-17 mars 2008

Communiqué: Pendant que meurent 8 000 personnes par jour à cause de l’eau impropre à la consommation,  le Forum mondial de l’eau joue au Réno-Dépt de l’eau-22 mars 2006

Communiqué: L’eau pour tous, tous pour l’eau. Un spectacle d’Eau Secours! en clôture des 7e journées québécoises de la solidarité internationale -29 octobre 2003

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Projets! » active= » »]

Rapport de la mission de la AMUPEI au Canada dans le cadre d’Octobre Bleu 2009

Album photos de la soirée de conférences Bolivie-Eau-Québec

Mandat de la mission d’Eau Secours! en Bolivie-mars 2008

Rapport de la mission d’Eau Secours! en Bolivie-mars 2008

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Brochures » active= » »]

Présentation de Marc Hudon sur les enjeux transfrontaliers de l’eau de l’écosystème du fleuve Saint-Laurent et des Grands-Lacs-18 septembre 2010

[/toggle] [toggle type= »white » title= »Liens et articles » active= »active »]

Le Partenariat transpacifique: qui veut de cet ALÉNA+?-22 mai 2014

Transport de générateurs radioactifs sur les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent : Eau Secours! craint des risques de contamination de l’eau-24 février 2011

Rapport sur la XVe session ordinaire du conseil de la Commission de coopération environnementale et l’Amérique du Nord et réunions du comité consultatif public mixte

[/toggle]