Communiqué – Martine Ouellet et Monique Pauzé déposent les commentaires du Bloc Québécois, en compagnie du Ralliement contre la pollution radioactive, d’Eau Secours! et du Regroupement pour la surveillance du nucléaire

 

Montréal, le 14 août 2017 – La chef du Bloc Québécois et députée à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, a tenu un point de presse ce matin afin de présenter les commentaires que le Bloc Québécois déposera devant la Commission canadienne de sûreté nucléaire au projet de dépotoir nucléaire de Chalk River. Elle était accompagnée de Monique Pauzé, députée de Repentigny, ainsi que de représentants d’organismes qui s’opposent à l’arrivée d’un dépotoir de déchets radioactifs si près de la frontière du Québec et qui exige qu’un autre site soit envisagé.

« Ce projet est une grave menace pour la santé des Québécois, a expliqué madame Ouellet. En cas de fuite radioactive, c’est l’eau de la rivière des Outaouais, donc l’eau potable de millions de Québécois, qui serait irrémédiablement. Une catastrophe sans précédent! »

Des inquiétudes sérieuses et fondées

Les commentaires déposés comprennent notamment ces remarques :

  • La proximité du site de la rivière des Outaouais met à risque l’eau potable des populations en aval, de Gatineau et même d’Ottawa, ainsi que de la région de Montréal et le Saint-Laurent.
  • Le site se trouve sur une ligne de faille sismique majeure (un petit tremblement de terre survient tous les cinq jours en moyenne dans cette zone et peut atteindre une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter).
  • La sécurité de la population doit primer sur le rendement économique. Le promoteur de ce méga-dépotoir étant un consortium de sociétés multinationales à but lucratif, toutes les options n’ont pas été considérées.

« Comment peut-on justifier le choix de ce site? Dire qu’un autre emplacement moins risqué pour la population et l’environnement serait trop dispendieux est choquant. C’est une insulte à l’intelligence, rien de moins. », a martelé Martine Ouellet.

« Il est irresponsable de risquer l’approvisionnement en eau potable de la population du bassin du Saint-Laurent pour stocker des déchets nucléaires. L’accident nucléaire de Fukushima montre qu’il est impossible de décontaminer l’eau et que les dommages à l’environnement, la faune, la flore et la santé humaine sont irréversibles, » dénonce Martine Châtelain, porte-parole d’Eau Secours! la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau.

De son côté, Ginette Charbonneau, porte-parole du Ralliement contre la pollution radioactive (RCPR) s’est exprimée ainsi : «  Il faut construire un site d’enfouissement en profondeur, dans des structures géologiques stables, pour les déchets radioactifs dangereux dont certains ont une durée de vie de milliers d’années. Loin des cours d’eau, sinon la contamination de l’eau de la rivière sera inévitable. Désirez-vous boire cette eau contaminée? Souhaitez-vous prendre le risque d’affecter les chromosomes des futurs bébés? Cela créerait des risques pour la santé pendant des milliers d’années. Les élus doivent exiger que les normes de l’Agence internationale de l’énergie atomique soient appliquées avec rigueur pour classifier et traiter tous les déchets radioactifs. Il faut renoncer à ce projet à Chalk River. »

« L’époque où nous utilisions les rivières comme dépotoir pour y rejeter nos eaux usées, nos poubelles ou même des contaminants industriels est révolue » a quant à lui affirmé Marc Fafard, administrateur du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec. « L’eau, à la fois ressource précieuse et écosystème unique, est désormais reconnue comme patrimoine collectif que nous devons protéger de toute source de pollution. L’idée d’entreposer des déchets radioactifs en zone humide à proximité de la rivière de Outaouais, qui est utilisée comme source d’eau potable pour des centaines de milliers de québécois, est inconcevable » a-t-il poursuivi.

Monique Pauzé, porte-parole du Bloc Québécois en matière d’environnement a conclu ainsi : « Le consortium doit refaire ses devoirs. Leur proposition d’établir une installation de gestion des déchets près de la surface sur le site de Chalk River est tout simplement irrecevable.  La rivière des Outaouais est un bien national qui alimente des millions de citoyens du Québec en eau potable. Il est aussi un endroit de villégiature important. Le choix d’un autre endroit pour disposer des déchets radioactifs semble s’imposer de lui-même. »

À la rencontre des populations concernées

Martine Ouellet est allée à la rencontre des citoyens et des organismes de la région concernée, la semaine dernière. La tournée a débuté mardi dans la ville ontarienne de Pembroke où Martine Ouellet participé à un pique-nique organisé par des opposants au projet. Mercredi, elle a rencontré le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ainsi que deux groupes environnementaux locaux, soit le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais et Sentinelle Outaouais.

Jeudi, dans la MRC du Pontiac, elle a discuté avec les membres de l’Association des propriétaires de chalets de Fort William. Ce village québécois est situé sur la rive opposée aux Laboratoires nucléaires de Chalk River, que la chef du Bloc québécois a visité par la suite.