Cela fait dix ans que l’eau potable a été déclarée comme un droit humain – et il y a encore du travail à faire

Par Maude Barlow le 28 juillet 2020

Il y a dix ans aujourd’hui, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution affirmant que l’eau et l’assainissement sont des droits humains fondamentaux « essentiels pour la pleine jouissance du droit à la vie ». Deux mois plus tard, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a précisé que les gouvernements ont la responsabilité première de faire respecter ces nouveaux droits, mais a appelé les États membres et les organisations internationales à aider les pays du Sud qui pourraient avoir des difficultés à remplir ces nouvelles obligations.

Il s’agissait là d’un développement historique dans la longue quête de justice en matière d’eau.

L’eau n’a pas été incluse dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 parce qu’elle semblait être une ressource illimitée disponible pour tout le monde. Mais la « tempête parfaite » de l’épuisement et de la destruction de l’eau dans le monde, de la pauvreté et des inégalités croissantes entre et au sein des nations, et de l’augmentation des tarifs de l’eau – souvent le résultat de la privatisation des services d’eau – a conduit à une véritable crise des droits humains au tournant du 21ème siècle. Avec des milliards de personnes vivant sans accès à l’eau potable et à l’assainissement, l’appel pour une justice de l’eau est né.

La lutte pour la reconnaissance du droit humain à l’eau a été étonnamment féroce et âpre. Elle a été opposée par les services privés de distribution d’eau et l’industrie de l’eau en bouteille, la Banque mondiale qui prônait la privatisation de l’eau dans les pays en développement, le Conseil mondial de l’eau et de nombreux pays riches du Nord, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada.

Leur opposition était le reflet d’une puissante contestation sur la question de savoir si l’eau est une marchandise ou un bien commun. En adoptant cette résolution, les nations du monde ont affirmé qu’il n’est pas acceptable de voir son enfant mourir d’une maladie transmise par l’eau parce qu’on ne peut pas payer pour de l’eau propre. Ils ont précisé que l’eau n’est pas seulement « un besoin », mais un droit humain, et que les communautés touchées demandent justice et non charité. Ce faisant, la famille humaine a fait un pas en avant dans son évolution.

Des résultats réels et tangibles ont été obtenus. Plus de quatre douzaines de pays ont soit modifié leur constitution, soit introduit de nouvelles lois pour garantir le droit humain à l’eau.

Des communautés du Sud ont utilisé la reconnaissance des Nations unies pour lutter contre la destruction de leurs sources d’eau par des sociétés minières ou pétrolières étrangères. Citant la résolution des Nations unies, la ville de Delhi fournit désormais 20 000 litres d’eau gratuite à chaque ménage chaque mois. Pour remplir ses obligations envers les Nations unies, le gouvernement du Rwanda a entrepris un programme ambitieux visant à fournir de l’eau et de l’assainissement à sa population.

Le droit à l’eau a été utilisé pour contester les coupures d’eau de Mumbai, en Inde, devant les tribunaux de France et de Flint, dans le Michigan. Les Bushmen du Kalahari du Botswana ont utilisé avec succès la résolution des Nations unies devant les tribunaux pour récupérer l’accès à leurs sources d’eau dans le désert que le gouvernement avait détruites pour tenter de les chasser de leur patrie.

Pour lutter contre la privatisation de l’eau, de nombreuses villes sont devenues des « Communautés bleues », une initiative canadienne qui se répand dans le monde entier. Près de 25 millions de personnes vivent aujourd’hui dans des « Communautés bleues » officielles qui se sont engagées à protéger l’eau en tant que droit humain, fiducie publique et service public, et à éliminer progressivement l’eau en bouteille dans les locaux municipaux et lors des événements municipaux. Ces villes sont notamment Montréal, Vancouver, Los Angeles, Paris, Berlin et Bruxelles.

Cependant, nous sommes dans une course contre la montre car les humains détournent, polluent, surexploitent et gèrent mal les réserves d’eau de plus en plus rares de la planète. Une sécheresse massive menace les vies et les moyens de subsistance dans le monde entier. Au moins 21 grandes villes indiennes devraient manquer d’eau dans un avenir prévisible.

La pandémie COVID-19 a mis en lumière la crise de l’eau, car la moitié de la population mondiale n’a pas d’endroit où se laver les mains avec du savon et de l’eau chaude. En conséquence, une partie de l’aide financière provenant des pays du Nord et des Nations unies est destinée à fournir de l’eau potable et de l’assainissement aux personnes les plus menacées. Peut-être cela entraînera-t-il un réel changement.

L’année dernière, près de deux millions d’enfants sont morts à cause de l’eau sale et de mauvaises conditions sanitaires.

C’est une grotesque parodie de justice. Faisons le vœu de remplir la promesse faite par les nations du monde il y a dix ans. L’eau est un droit humain.