GNL

GNL Québec: La place de l’eau dans le rapport du BAPE

5 mai 2021

L’automne dernier, Eau Secours a remis à la Commission du BAPE son mémoire s’opposant au projet GNL Québec pour la production de gaz fossilisés. Suite à la sortie du rapport du BAPE le 24 mars dernier, nous constatons que l’eau n’est pas au cœur des préoccupations de ce projet mais que des modifications au projet sont néanmoins demandées en ce sens. 

Un bilan d’eau incomplet

Nous avons d’abord soulevé l’utilisation de grands volumes d’eau municipale ainsi que des eaux industrielles rejetées dans les conduites d’eaux pluviales et égouts municipaux. Nous nous interrogeons alors sur la validité du bilan d’eau présenté qui semble incomplet, du tarif facturé au promoteur et de la conformité à la réglementation des rejets d’eaux industrielles. Dans son rapport, la Commission a noté nos inquiétudes, mais il y a absence de recommandation au promoteur. Les contribuables de Saguenay sont en droit de savoir s’ils devront payer les frais d’un tarif préférentiel pour l’eau municipale et si les rejets industriels seront traités adéquatement.

D’un autre côté, la construction de ce complexe industriel affecterait 17 ha des milieux hydriques (7,5 ha) et humides (9,50 ha). La destruction d’une telle superficie de milieux humides aura des impacts sur l’écoulement des eaux dans le bassin versant, ainsi que sur les services écologiques rendus aux populations, à la biodiversité, etc. Nous saluons que la Commission recommande qu’un plan de compensation pour la perte des milieux humides soit élaboré avant l’autorisation du projet même si notre seule recommandation est que ces milieux soient préservés dans leur totalité en refusant entièrement le projet.  

Un avenir risqué

Notre organisme s’inquiète également de l’absence d’un plan de restauration du site bien qu’il serait évidemment impossible de restaurer un tel site avec les milieux humides et naturels d’avant projet. À ce sujet, la Commission demande des garanties pour la remise en état des lieux, ainsi que des garanties financières sans plus. Or, l’histoire nous a souvent prouvé que ces garanties ne permettent par la remise en état d’avant projet pour un projet de cette ampleur, pas plus que d’empêcher les industries de laisser les sites orphelins suite à une faillite.

Les enjeux de protection de l’eau et des milieux humides qui nous sont chers chez Eau Secours s’ajoutent à la très longue liste des arguments s’opposant à ce projet, notamment la lutte aux changements climatiques, la préservation de la biodiversité et bien plus encore.

Joignez-vous à nous et dites au Premier ministre Legault et au ministre de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques de rejeter immédiatement GNL/Gazoduq!

Articles liés: 

Fin des forages pétroliers et gaziers au Québec : une coalition demande au gouvernement Legault de fermer la porte sans compensation et de mettre fin aux projets-pilotes soi-disant « sans pollution »

Une coalition de groupes citoyens et environnementaux demande au gouvernement caquiste de ne pas indemniser les entreprises pétro-gazières ayant encore des licences actives au Québec. La coalition demande également de fermer la porte à tout projet expérimental qu’il soit à Bécancour ou ailleurs au Québec.

Lire la suite »

GNL/GAZODUQ DOIT RESPECTER LE REFUS DU QUÉBEC

Plusieurs groupes environnementaux dénoncent fermement la décision des promoteurs américains de GNL Québec de poursuivre les démarches menant à une évaluation environnementale fédérale de l’usine Énergie Saguenay malgré le rejet du projet par le Gouvernement du Québec par le décret du 21 juillet dernier. 

Lire la suite »

Comments are closed.